RSS

Simon dit…

Dans l’évolution de notre humble organisation vers la Terra Incognita du Rétablissement, nous en arrivons à faire des exploits avec les minces ressources qui nous sont imparties grâce à nos membres comme Simon qui, sans tambours ni trompettes, se donne côrps et âmes pour que les gens ayant une problèmatique de santé mentale puissent entrevoir l’avenir avec une diminution des tabous entourant le manque de santé mentale.

Écoutons son premier témoignage :

« Salut à tous et à toutes,

Suite à mon premier texte de la semaine du  18 mars, et en tant que nouveau membre de Reprendre Pouvoir, je croyais pertinent de vous faire part du chemin raboteux (voir montagneux à certains moments) que j’ai traversé au cours des 10 dernières années, et qui m’ont mené à votre organisation.  Comme le modèle de Reprendre Pouvoir est basé sur la valeur du savoir expérientiel de ses membres et aussi celle d’être un ‘open book’ par rapport à celle-ci, je croyais nécessaire de vous raconter ma petite histoire que voici :

À 25 ans, j’entre ‘officiellement’ sur le marché du travail après de longues études universitaires en administration.  Ce qui pour la plupart des finissants est une étape de la vie des plus motivantes, ne l’a pas été pour moi.  J’étais très malheureux dans ce premier emploi dans une banque.

Ainsi, j’ai commencé, au fil des semaines, à me questionner et me requestionner sans cesse sur mon choix de carrière.  Comme conséquence, je dépensais 10 fois plus d’énergies à réfléchir sur mon sort qu’à être productif dans les taches à accomplir.  J’ai vite chuté dans une grave dépression dont les symptômes les plus envahissants m’ont affligé pendant une bonne année et demie.  J’étais, pratiquement du jour au lendemain, devenu socialement et professionnellement ‘non-fonctionnel’.  J’ai dû quitter mon emploi et je suis retourné vivre chez ma mère, qui comprenait jusqu’à un certain point ma souffrance (Dieu la bénisse!). Elle savait que j’aurais besoin d’une présence quotidienne pour éviter de m’enfoncer encore davantage dans ce ‘marasme’.

Cependant, même avec ce soutien constant, mon état s’est empiré graduellement.  Environ 8 mois après mes premiers symptômes, je dormais maintenant un bon 14 heures par jour, je pleurais de plus en plus souvent, pour tout et rien, et j’avais des pensées suicidaires de plus en plus envahissantes.  Bref, je perdais tranquillement espoir en ma guérison.

La prochaine étape fut donc évidente : l’hospitalisation.  Ce fut une décision (à contre cœur évidemment) de ma mère et moi ‘conjointement’.  J’étais donc, 10 mois après le début de mes symptômes, le petit nouveau au pavillon de psychiatrie du Pavillon Albert Prévost de l’Hôpital Sacré-Cœur.  J’y ai passé 1 mois et demi.

À cet endroit pas trop ‘jojo’, les rencontres avec des psychologues et mon nouveau traitement médicamenteux, de mon humble avis, n’ont rien changé à mon état.  Les électrochocs étaient la prochaine étape.  L’idée me faisait extrêmement peur, mais j’étais prêt à tout essayer pour me sortir de ce cauchemar bien réel.  J’ai ainsi eu 8 séries de ces traitements et, à mon immense découragement, mon état ne s’est que très légèrement amélioré.

J’ai donc été gavé de médicaments et ce n’est qu’à ce moment que j’ai senti un réel changement dans mon état.  J’ai repris espoir car deux semaines après le début de la prise de ces médicaments, j’avais soudainement des périodes de la journée où je me sentais bien, même fonctionnel jusqu’à un certain point.  Même si j’ai été ‘obligé’ de réduire substantiellement ma médication, m’a situation a continué à s’améliorer et, à mon grand bonheur, j’ai eu mon congé de l’hôpital.  Mes symptômes, une fois revenue en ‘société’ ont, par moments, complètement disparus.

Le Rétablissement

La prochaine étape, une qui je comprends aujourd’hui s’échelonne sur toute une vie, était alors mon rétablissement. Cependant, au cours des derniers jours de mon séjour à l’hôpital, j’ai eu la forte impression que les professionnels de la santé qui m’entouraient n’accordaient qu’une importance limitée à cette prochaine étape.

C’est d’ailleurs, 10 ans après, pour cette raison que je vois toute la pertinence d’un organisme comme Reprendre Pouvoir.  Je souhaite m’impliquer activement et contribuer (du mieux que je peux) à faire connaître et reconnaître le modèle de Rétablissement de cet organisme.

Dans un prochain texte, que je souhaite moins long, j’aimerais vous exprimer comment j’ai vécu cette période de rétablissement jusqu’à ce jour.  Bref, le chemin que j’ai emprunté : ce qui m’a été grandement utile pour garder une certaine stabilité émotionnelle depuis et, aussi, ce que je ferais différemment si j’avais le luxe de pouvoir remonter dans le temps…

Si vous vous êtes rendu jusqu’ici dans le texte, merci beaucoup de m’avoir lu.

Sincèrement,

SimonHebert@ReprendrePouvoir.org

Usager /Conseiller  tél. 514 728-6391 p.335

7025, ave Rondeau,

Anjou, Qc, Ca

H1K 4Z1

www.ReprendrePouvoir.org

https://KeepTalkingBlogue.wordpress.com

www.FaceBook.com/ReprendrePouvoir

 

Une réponse à “Simon dit…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :